Site icon Vitalis

Des gestes au quotidien pour soutenir la detoxification

Voici quelques gestes très simples mais efficaces pour donner un coup de pouce à nos organes d’élimination, très souvent surchargés de déchets à cause des habitudes alimentaires modernes. 

Mais, de quels déchets parlons-nous? Notre corps produit constamment de déchets métaboliques (issus de la digestion des aliments) et des radicaux libres. Mais aussi il doit gérer des métaux lourds, des additifs chimiques, des hormones, des médicaments et des antibiotiques que l’on consomme à travers des produits d’origine animal. Ces déchets sont traités puis éradiqués normalement par les organes d’élimination ainsi que par le système lymphatique. 

Ceux-ci peuvent s’en charger mais avec les habitudes alimentaires modernes, il arrive très souvent que ces voies d’élimination soient rapidement saturées par un excès de déchets. Épuisés, ces organes ne fonctionnent pas comme ils devraient et le déséquilibre s’installe dans l’organisme préparant un terrain fertile pour la maladie.

La plupart des maladies dites « modernes » ont leur origine dans l’encombrement des « humeurs » (sang, lymphe et milieu intestistiel des cellules) par des toxines et les déchets.

Les toxines, qui n’ont pu être éliminées, passent par la circulation sanguine et lymphatique, ce qui épuise le système immunitaire qui doit faire face à toute cette toxémie en y perdant de l’efficacité.

C’est pour cette raison que pour maintenir le système immunitaire en plein forme, en tout premier lieu, il faut s’assurer que l’organisme soit bien capable d’éliminer efficacement les déchets, en portant attention aux trois piliers de la santé: les bonnes habitudes alimentaires, l’activité physique et un sommeil de qualité. Pour ce faire, je vous conseille de commencer à adopter ces 4 petits gestes qui constituent des coups de pouce pour l’organisme.

1) Le brossage à sec de la peau

En brossant la peau, on agit sur les système lymphatique et circulatoire pour stimuler la mobilisation des toxines vers les organes d’élimination, ce faisant, on facilite le drainage de celles-ci vers l’extérieur de l’organisme plus efficacement.

• Le brossage s'effectue en faisant des mouvements doux de balayage vers les ganglions lymphatiques (les ronds blancs sur le schéma ci-dessous) qui se trouvent dans les aisselles, l'entrejambe et derrière les genoux. Il faudra donc insister un peu plus sur ces points.

• Le meilleur moment pour le faire, c'est avant de la douche. Étant donné que le brossage a un effet énergisant, il n'est pas conseillé de le faire avant de se coucher.

• Il est important de boire un grand verre d'eau tiède après avoir fini pour favoriser l'élimination des toxines qui ont été mobilisées.

Il est normal que la peau rougisse un peu au début. De plus, brosser la peau a un effet intéressant pour les femmes, en mobilisant les toxines des tissus adipeux on aide à la réduction de la cellulite. De même, le brossage améliore la texture de la peau, en la rendant plus douce et brillante. 

Ce n’est pas nécessaire de brosser vigoureusement. Il faut se limiter à des mouvements doux sans brosser trop fort car le but c’est seulement d’accompagner le circuit de la lymphe pour le ramener vers les ganglions lymphatiques.

2) Le nettoyage de la langue

Saviez-vous que l’état de la langue est fortement lié à la santé intestinale? En effet, c’est à travers les muqueuses de tout le système digestif que l’organisme élimine des toxines, c’est pourquoi on peut voir au lever une couche épaisse blanche, parfois jaunâtre, apparaitre sur la langue ou encore avoir la « bouche pâteuse. »

C’est qu’en effet, la langue est aussi une voie d’élimination, c’est pour cela que la nettoyer s’avère nécessaire afin de préserver cette fonction. Ce nettoyage est indispensable aussi pour empêcher la mauvaise haleine causée par les bactéries restées sur la langue. 

• À cette fin, on aura besoin d’un gratte-langue, préférablement en cuivre (comme celui de l'image) ou en plastique.

• Le nettoyage se fait en grattant la langue du fond vers l'extérieur plusieurs fois, jusqu'à ce que la langue soit propre et rosée. 

• Le meilleur moment pour le faire c'est au réveil et à besoin après le brossage des dents.

3) Les bains de sel

Les bains de sel sont comparables à une dialyse percutanée.

Dr. Martin Bosch

Les bains ont été depuis longtemps un outil d’hydrothérapie très simple et peu coûteux mais très efficace pour détoxifier l’organisme.  En effet, grâce à l’eau chaude les pores de la peau s’ouvrent et par effet d’osmose, les toxines sont projetées vers l’extérieur de l’organisme. Cela favorise l’alcalinisation de l’organisme, ce qui soutient le pH idéal pour la guérison, la détoxification et la fonction cellulaire optimale. 

• Il suffit de remplir la baignoire d'eau aussi chaude que vous pouvez la tolérer et d'ajouter 2 kg de sel marin non raffiné et sans additifs.

• Si on veut augmenter davantage l'effet apaisant, on peut ajouter 10 gouttes d'huile essentielle de lavande ou de camomille. 

Dans le cas où l’on n’a pas de baignoire, on peut remplacer le bain par des pédiluves. À cet égard, on utilisera un bassin rempli de 10 litres d’eau chaude à laquelle on ajoutera 250 g de sel. En le faisant trois fois par jour, c’est équivalent à un bain de corps entier. 

4) Le lavage du nez

Le nez est un filtre de tout ce qui est dans l’air qu’on respire (la pollution, la poussière, pathogènes) et de la même façon qu’on entretient un filtre quelconque —comme celui de la voiture ou de la climatisation— il faut que le filtre du nez soit propre et dégagé afin qu’il puisse remplir sa fonction. De surcroît, en rinçant le nez, on évite que les virus qui pénètrent dans le nez infectent les membranes nasales et qu’on y développe des infections. 

Outre sa fonction de filtre, le nez est aussi une voie d’élimination de déchets à colles, un type de toxines générées par un excès de glucides (notamment d’amidon) et de graisses de mauvaise qualité (réchauffées, raffinées, saturées) et qui s’accumulent sous forme de mucus, glaires, crachats, etc.

Faire ce lavage est assez simple : 

• On a besoin d’une lota (un petit pot utilisé à cette fin) qu'on peut acheter dans les pharmacies, les magasins d'aliments naturels ou encore par internet. En premier lieu, il faut préparer une solution saline pour que l'eau ne soit pas absorbée par les muqueuses nasales, dissoudre ½ cuillère à thé du sel marin dans 250 ml d’eau tiède. 

• Il est recommandé de le faire au-dessous d'un lavabo ou d'un bassin pour recueillir l'eau qui coulera du nez.

• On s'incline en avant, en tournant la tête sur un côté et on place le bout de la lota dans une narine. L'idée c'est de faire entrer l'eau par cette narine et qu'elle en sorte par l'autre. 

• Refaire l'operation avec l'autre narine jusqu'à ce que la lota soit vide. 

Parfois, il peut arriver que l’eau mette du temps à couler parce que les voies nasales sont bouchées d’impuretés et de mucosités accumulées pendant trop longtemps, mais peu à peu l’eau sortira plus vite et on pourra profiter d’un nez dégagé pour mieux respirer. 

En bref, tous ces gestes en plus d’une alimentation la plus naturelle et équilibrée possible, l’activité physique et un bon sommeil, vont activer les organes d’élimination ayant ainsi un impact positif sur votre système immunitaire ainsi que sur votre état de santé.

Quitter la version mobile